peau couches épiderme

LA PEAU : Epiderme, derme et hypoderme

LA PEAU : L’ORGANE LE PLUS LOURD DU CORPS

CARACTERISTIQUES DE LA PEAU

La peau est l’organe le plus lourd du corps humain, représentant 16% du poids corporel total. La surface de la peau est de 1,5 à 2 m2 chez l’adulte. La surface de la peau du visage ne représente que 3,5% de la surface totale de la peau. L’épaisseur de la peau est différente selon la localisation, entre 0,5 à 4 mm. La peau la plus mince se trouve sur les paupières (0,5 mm), et la plus épaisse sur les talons (4 mm). La peau du visage a une épaisseur de 2 à 3 mm. Le pH cutané est acide : le pH de la peau est compris entre 4,2 et 6,1. La peau contient 5 millions de follicules pilo-sébacées (les poils) et 3 millions de glandes sudoripares eccrines (responsables de la production de sueur).
 

LES RÔLES MAJEURS DE LA PEAU, GRACE A L’EPIDERME

La peau est très complexe, elle est constituée de 3 couches : l’épiderme, le derme et l’hypoderme. Il existe une jonction dermo-épidermique entre le derme et l’épiderme qui permet leur attachement. C’est un support mécanique pour l’adhésion, mais aussi une barrière sélective permettant le contrôle des échanges moléculaires et cellulaires entre les deux compartiments. Elle permet notamment l’adhésion et la migration des kératinocytes lors de la cicatrisation. Les fonctions cutanées, sont dues principalement à l’épiderme. La peau montre les rôles suivants :
  • La peau joue un rôle de barrière protectrice : elle protège notre corps des microorganismes.
  • Elle empêche la perte en eau du corps et protège ainsi du desséchement cutané.
  • La peau protège le corps des UV du soleil, grâce à la production de mélanine dans les mélanocytes puis son transfert dans les kératinocytes. Ce pigment à l’origine de la couleur de la peau.
  • La peau tient des rôles divers : la sensation (grâce aux cellules de Merkel), la régulation de la température du corps, l’excrétion et l’absorption, la synthèse de vitamine D, une réserve énergétique et un isolant thermique (dû à l’accumulation des graisses).

L’EPIDERME : LA COUCHE SUPERFICIELLE DE LA PEAU

LES 5 SOUS-COUCHES DE L’EPIDERME

L’épiderme est la couche la plus en surface de la peau. Son épaisseur moyenne est de 100 µm. Elle est de 50 µm pour les paupières et 1mm pour la paume de la main. L’épiderme est non vascularisé : il n’y a pas de vaisseaux sanguins. Il est cependant innervé : les cellules de Merkel présentent dans la couche basale sont liées à un nerf. L’épiderme est constitué de 5 couches différentes, chaque couche est composée de cellules empilées les unes sur les autres.

  • La couche basale. C’est la couche la plus profonde, en lien avec la jonction dermo-épidermique. On y retrouve les cellules souches des kératinocytes. Elles vont proliférer à travers les différentes couches, jusqu’à atteindre la couche cornée, et permettre le renouvellement de l’épiderme.
  • La couche épineuse. On y retrouve les kératinocytes qui ont débuté leur différenciation. Chaque kératinocyte de cette couche possède des desmosomes à sa surface (comme des épines) pour se lier aux autres.
  • La couche granuleuse. Les kératinocytes de cette couche synthétisent dans les kératinosomes, ce dont a besoin la couche cornée. Les kératinosomes des vésicules contenant des lipides (cholestérols, céramides et acides gras), des protéases et des protéines, qui seront relarguées dans la couche cornée.
  • La couche de transition. Elle peut être présente ou absente, selon l’épaisseur de la peau.
  • La couche cornée ou stratum corneum. C’est la couche la plus externe de la peau, très rigide, qui vient protéger les couches sous-jacentes. Ce sont là que les kératinocytes ont atteint leur maturité. Ils deviennent des cornéocytes, c’est-à-dire des morts, aplaties et sans noyau, collés les uns aux autres. Le stratum corneum est une couche de protection importante, ressemblant à un mur de brique de cornéocytes avec entre eux des céramides, cholestérols et acides gras. Ces cellules ne peuvent pas synthétiser elles-mêmes les céramides, car elles n’ont pas de noyau, et font appel à la couche granuleuse.

LES CELLULES DE L’EPIDERME : SYNTHESE DE LA KERATINE ET DE LA MELANINE

Il existe de nombreux types cellulaires dans notre peau, dont les plus répandus sont les kératinocytes et les mélanocytes. Voyons leurs rôles :

  • Les kératinocytes sont le revêtement externe de la peau, représentant 80% de ses cellules. Ils permettent le renouvellement et la cohésion de l’épiderme. Elles jouent un rôle de barrière entre le milieu intérieur et extérieur. Elles protègent aussi du desséchement, en conservant l’eau à l’intérieur de l’organisme. Elles permettent une protection contre les UV du soleil, puisqu’elles accumulent la mélanine, les pigments qui se colorent lors du bronzage. De plus, les kératinocytes synthétisent la kératine, présente sous forme d’alpha-kératine dans l’épiderme. Il s’agit d’une protéine constituée par des acides aminés (alanine, leucine, cystéine) liés entre eux par des liaisons peptidiques.
  • Les mélanocytes est le deuxième type de cellule le plus important, représentant 5 à 10% des cellules de l’épiderme. Les mélanocytes synthétisent la mélanine et la stocke dans des vésicules, appelées mélanosomes. Il s’agit du pigment de couleur qui protège contre les UVB du soleil et se fonce lors du bronzage.
  • Les cellules de Merkel présentent dans la couche basale, sont liées à des terminaisons nerveuses et permettent ainsi la sensation du toucher. Les autres cellules nerveuses (toucher, pression, chaleur) se trouvent principalement dans le derme.
  • Les cellules de Langerhans sont des cellules d’immunité présentent principalement dans la couche épineuse. Elles protègent contre les attaques extérieures. Ce sont des cellules sentinelles : elles sont capables de reconnaitre les antigènes (attaques extérieures) et de les présenter à certains types cellulaires (leucocytes et lymphocytes B, T et auxiliaires), qui vont ainsi produire des anticorps (moyen de défense).

LE DERME : COUCHE RICHE EN COLLAGENE ET ELASTINE

Le derme, plus épais, se situe en dessous de l’épiderme. Ils sont reliés par une jonction dermo-épidermique. Le derme est un tissu conjonctif, dense et fibro-élastique. Son épaisseur est de 0,5 à 1mm au niveau du visage, 0,6mm au niveau des paupières, et 3 à 4mm au niveau des mains. Le derme est composé du derme papillaire et du derme réticulaire. Il est vascularisé grâce à des vaisseaux sanguins. Dans le derme papillaire, on trouve des veinules, qui transportent un sang riche en CO2, et des artérioles, dont le sang est riche en oxygène et nutriments.

LES CELLULES DU DERME : SYNTHESE DU COLLAGENE ET DE L’ELASTINE

Le principal type cellulaire du derme est les fibroblastes. Les fibroblastes sont des cellules fermes et allongées. Elles synthétisent le collagène, l’élastine et les protéoglycanes. Cette couche contient aussi des leucocytes et des macrophages : des cellules du système immunitaire. Le derme a une fonction de structure, dû à sa composition en collagène et en élastine.

L’élastine est une protéine majeure des tissus élastiques de notre corps, comme la peau. Il s’agit d’une protéine fibreuse et extensible, qui a pour fonction l’élasticité cutanée.


Les protéoglycanes sont protéines, qui jouent un rôle d’hydratation du derme, puisqu’elles retiennent l’eau. Le derme contient aussi de l’acide hyaluronique, sous forme libre et dans les protéoglycanes. L’acide hyaluronique permet de combler les espaces intercellulaires, mais joue aussi un rôle d’hydratation et de cohésion des tissus.


Le collagène est une protéine fibrillaire, rigide, non extensible. Il est constitué de 3 principaux acides aminés (glycine, proline et lysine) et de 3 acides aminés modifiés. Le collagène donne de la structure, de la rigidité et de la résistance au derme. Le derme papillaire possède du collagène de type III (plutôt lâche) et le derme réticulaire du collagène de type I (fibreux et fragile).

L’HYPODERME : RESERVE ENERGETIQUE ET ISOLANT THERMIQUE

L’hypoderme est la couche la plus profonde de la peau, dont l’épaisseur et variable, entre 1 à 6mm, notamment entre les hommes et les femmes. Il s’agit d’un tissu graisseux, vascularisé grâce à des vaisseaux sous-cutanés. Il accumule les graisses et crée ainsi une réserve énergétique. Il joue aussi un rôle d’isolant thermique.


L’hypoderme est constitué majoritairement d’adipocytes, à l’intérieur desquelles des vésicules contiennent des triglycérides, source d’énergie importante. Les adipocytes sécrètent des adipokines : des protéines qui fonctionnent comme des hormones. Parmi les adipokines, on trouve l’adiponectine (réduction du risque cardio vasculaire et réduction de l’inflammation) et la leptine. La leptine est une hormone de satiété. Elle permet la lipolyse (la libération des triglycérides), augmente la dépense énergétique, diminue la prise alimentaire.

LA VASCULARISATION CUTANEE

La vascularisation cutanée est due à la présence d’artères et de veines. Les vaisseaux sanguins du corps sont composés de cellules endothéliales et de cellules musculaires lisses, qui peuvent se contracter et se décontracter. Le derme papillaire présente des vaisseaux sanguins sous forme de veinules et d’artérioles et l’hypoderme montre des vaisseaux sous-cutanés.
Les fonctions de la vascularisation cutanée sont :

  • La régulation de la température du corps, c’est-à-dire la vasodilatation pour éliminer la chaleur du corps ou la vasoconstriction pour réduire le flux sanguin dans les capillaires.
  • La nutrition, grâce aux nutriments et déchets qui circulent par les artères.
  • L’hémostase : le ralentissement du flux sanguin au niveau capillaire.
  • L’immunité et le maintien de la pression artérielles.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.